La différence entre compassion et pitié

La différence entre compassion et pitié

La compassion est une vertu très puissante. Elle est centrale dans la manifestation de l’énergie du Cœur spirituel.

Pour manifester de la vraie compassion, il est important de la distinguer de la pitié. Il y a un type de pitié qui perçoit la situation difficile de l’autre, et voit sa souffrance, mais ne voit pas l’autre comme son égal. Il n’y a pas une capacité à voir, par exemple, que cet autre être humain est totalement égal à soi, dans son être profond. Le regard est du haut vers le bas. Il n’y a pas non plus mémoire d’avoir vécu une situation similaire, en cette vie ou dans une autre vie. Il n’y a pas connexion profonde, identification à l’autre comme étant un avec soi.

Manifester de la pure compassion nécessite d’éliminer toute trace de condescendance. Lorsque nous manifestons totalement notre Coeur de Lumière, nous sommes dans la conscience de l’unité de tous et de toutes choses (https://coeurdelumiere.net/unite/), issus de l’unique Source. Il n’y a pas de sentiment de séparation, il n’y a pas de sentiment d’avoir une valeur plus haute ou différente, ni d’avoir un statut différent. L’autre qui souffre, l’autre qui vit une émotion difficile, l’autre qui vit une situation potentiellement aliénante, ça pourra être moi, demain. Je ne suis pas ni au-dessus, ni à l’abri. Je n’ai pas de statut d’immunité.

Dans ce regard bienveillant, il y a un profond désir de soulager l’autre, car l’autre est comme soi, nous sommes tous parties d’un grand Un. Il n’y a donc aucune présence de mépris ou de dévalorisation dans la compassion.

Cette pure compassion se manifeste de la même façon dans la self-compassion, la compassion pour soi. Il n’y a pas de dédain de notre propre nature humaine, nous sommes un et intégré, dans toute notre multidimensionnalité. Notre Coeur de lumière regarde notre partie humaine souffrante avec douceur et bienveillance.

Cette Présence, à soi comme à l’autre, est déjà thérapeutique. Elle nous reconnecte à notre vraie nature, elle rappelle à l’autre la vibration de sa véritable identité. Les gestes concrets pour soulager la souffrance sont importants. Mais l’énergie du cœur qui les cause et les porte est encore plus importante, même si elle n’est pas autant perceptible à l’œil physique. Les gestes de compassion, quand ils sont faits avec une réelle compassion, aident sur tous les plans.

Par cette réelle compassion, fait dans un regard d’unité, nous faisons en sorte d’ouvrir l’autre à sa nature divine profonde, plutôt que de l’amener à s’apitoyer sur son sort. Même chose pour nous-même : en ressentant de la vraie compassion pour soi, on ne s’apitoie pas sur sa situation, on ouvre plutôt à l’espérance, se rappelant que notre identité réelle est illimitée et libre.

La pitié abaisse le niveau vibratoire, la compassion l’élève. Soyons, en ce monde, source de réelle compassion, pour notre bien et le bien de tous !

Voyez la liste des autres messages de Cœur de Lumière en cliquant ici

https://coeurdelumiere.net

Partager ce message avec :

4 commentaires sur “La différence entre compassion et pitié

  1. Merci pour ce partage.
    La compassion manque cruellement en ce monde individualiste. Il ne faut pas désespérer…
    C’est triste à dire mais il semblerait que seule l’expérience de la souffrance permet de réunir les cœurs et le sentiment de non séparation. Et donc la compassion.
    Quand la souffrance s’accompagne d’un soutien, d’une réconciliation, d’une aide quelconque par des humains aux cœurs ouverts et altruistes alors il est possible de contacter cette compassion et le sentiment d’être relié à une commune humanité.
    Tant que l’humain se croit séparé des autres et au-dessus de tout, sans souffrir de manière éprouvante d’une quelconque façon que se soit, c’est bien triste, en effet il semblerait que c’est plus compliqué d’être tout naturellement dans la compassion alors que c’est une capacité naturelle en chacun.
    Elle a juste été mise au placard par les nombreux conditionnements d’une société qui prône l’individualisme comme gage de réussite ou d’épanouissement.
    Au secours.
    La « crise » actuelle peut être l’occasion d’ouvrir plus large notre conscience. Et ça passera obligatoirement par le cœur.
    Et s’il faut passer par des crises pour que les choses changent… alors…
    C’est un peu et même beaucoup une grande nécessité aujourd’hui. Malheureusement pour comprendre, l’humain doit expérimenter. Le propre de l’incarnation, de la croissance intérieure et de l’évolution.
    On verra bien où cette »crise » nous amènera sans que nos libertés individuelles et collectives n’en soient d’autant plus impactées.
    Seule le réveil de chacun « nous sauvera » de cette cadence anti-vie et anti-humain.
    Merci

    1. Merci, Sandrine, pour ton commentaire 🙂
      Oui, je pense aussi que l’évolution de notre conscience collective va nécessairement passer par le cœur. Il arrive souvent, comme tu le dis, que cette ouverture, cet éveil du cœur et de la conscience, se produise après une période difficile. Les épreuves mettent parfois fin aux grandes lancées ou tout semble rouler pour soi, tellement qu’on a peu ou pas conscience de comment les autres vivent leur expérience humaine. Une épreuve nous force à ralentir, et dans ce moment de réflexion et d’observation, l’ouverture au vécu des autres est facilitée. Je pense que c’est un des aspects les plus positifs de cette pandémie: plusieurs se sont retrouvés à ralentir le rythme, sont carrément sortis du métro-boulot-dodo, ou sorti de leur méga-plan de carrière, et ont pris le temps de se demander quel sens avait leur vie, et ce qu’ils voulaient faire du reste de leur vie. Ils ont même pu avoir le temps de se soucier des autres, de leurs inconforts dans l’isolement, ou d’un proche qui souffrait, seul, à l’hôpital… le fait de partager, en même temps, avec tous, la même situation, la même privation de liberté, est aussi une occasion d’éveil et de prise de conscience que nous sommes tous reliés.

  2. Gratitude …
    Beau partage apprécié …
    La compassion est un des nombreux fruits de l’Amour inconditionnel … Seul l’Amour véritable compati … mais également ceux qui sont arrivés à la connaissance de la vérité … qu’ils sont eux-mêmes Amour …

    Manifester ou pas la compassion … Un auto test fiable pour savoir où j’en suis de la connaissance de qui je suis …

    1. Merci Sosefo pour ton commentaire 🙂 Je suis d’accord avec toi, manifester de la compassion est un signe d’une belle évolution spirituelle. Une personne à beau avoir des visions, canaliser, voir les auras, se nourrir exclusivement de prana, ou démontrer tout autre « habileté » spirituelle, si elle ne manifeste pas spontanément de la compassion, il manque quelque chose d’essentiel qui rend le reste très accessoire, dans ma vision à moi. Amitiés à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.